FO Pôle emploi a choisi ses axes de défense des salariés.


Le 57e Congrès de la fédération des employés et cadres (FEC-FO) s’est tenu à Albi du 25 au 29 octobre 2021 et a rassemblé près de 900 participants. FO Pôle emploi Bretagne y était représenté.

Le vaste périmètre de cette fédération couvre plus d’un quart du secteur privé (des services – banque, intérim… – aux médecins du travail) réparti en plusieurs sections. Pôle emploi est rattaché à la section OSDD (Organismes Sociaux Divers et Divers) et y est largement majoritaire.

Si chaque secteur a ses spécificités, des problématiques communes ont émergé lors des débats comme la question des salaires et de l’emploi, les nouvelles formes de travail ou encore la mise à mal du dialogue social.

Pour Pôle emploi aussi des resolutions et revendications communes ont été élaborées.

Les salaires sont gelés depuis 10 ans ! Les conditions de travail ne cessent de se dégrader ! Le paritarisme est menacé ! La répression syndicale se fait de plus en plus forte !

  • La classification en vigueur depuis 2018 a conduit à l’individualisation des salaires et un déroulement de carrière fondé sur l’évaluation continuelle des compétences, maintenant fondées  sur un «savoir être» subjectif, bref à la tête du client !                                  
    L’employeur refuse toute augmentation générale des salaires, et ne propose à la négociation que prime et intéressement, les valeurs du point et de la partie fixe restant quasi figées face à l’augmentation du coût de la vie, c’est à la clef une perte de pouvoir d’achat de 12% !
  • La digitalisation et la numérisation excessive dont l’objectif est la destruction de nos métiers et de nos emplois font aussi courir le risque de  l’exclusion des demandeurs d’emploi les plus âgés et/ou les plus démunis face à une complication croissante dans toutes les démarches de la vie quotidienne.
  • Le projet de démantèlement de l’Unedic et de la délégation Unedic AGS (DUA) supprimera 230 postes au sein de l’Unedic et supprimera tous les accords collectifs pour la DUA.
  • La disparition de la cotisation chômage est une étape importante de la mise à mort du paritarisme de l’assurance chômage, avec simultanément  la prise en main de sa gestion par décret. L’Etat compensera –t-il par l’impôt la disparition des cotisations ?
  • Vos représentants sont également victimes de répression syndicale comme Luc Perrot, mis à pied sans rémunération de janvier à mai 2021 puis licencié.  Il dénonçait pourtant depuis 2016 un harcèlement moral, institutionnel et syndical.

Jusqu’où ira l’oppression et la main-mise sur Pôle emploi,  ses agents et ses représentants syndicaux ???

  • FO revendique une augmentation générale des salaires juste et équitable dès le 1er janvier 2022
  • FO revendique la négociation d’un accord sur la formation professionnelle pour permettre aux salariés de bénéficier d’une réelle évolution professionnelle
  • FO dénonce la tentative de démembrement des missions de l’Unedic portant atteinte au paritarisme et revendique un retour à une gestion paritaire, libre et souveraine de l’assurance chômage par les organisations syndicales
  • FO condamne les sanctions qui ont conduit au licenciement de Luc Perrot et mettra tout en œuvre pour sa réintégration

Pour tous les secteurs, des constats d’une politique de régression sociale

Les gouvernements Macron ont eu comme objectif de poursuivre la destruction des droits à la protection sociale des salariés :

  • non revalorisation des salaires, alors que dans nombre d’entreprises et de branches les rémunérations sont en dessous du niveau de l’inflation aggravant ainsi la paupérisation des salariés
  • attaques contre la retraite par la volonté d’instaurer un régime universel par points devant conduire à la baisse des pensions. Le président Macron et tous ses soutiens (CFDT et MEDEF) sont aujourd’hui réduits à considérer- prochaines élections présidentielles obligent – que pour l’emblématique réforme des retraites « ce n’est pas le moment ». Il ne reste plus à Macron que le report de l’âge de départ à la retraite pour répondre partiellement aux exigences de l’Union Européenne…
  • hostilité à l’égard des organisations syndicales en diminuant, par ordonnance, leurs moyens d’action à travers la mise en place d’un Comité Social et Economique en lieu et place des instances représentatives du personnel qu’étaient les Comités d’entreprise, les Délégués du personnel et les Comités hygiène et sécurité et des conditions de travail.
  • restriction des libertés générée par la crise sanitaire qui a permis au gouvernement d’imposer un état d’urgence permanent avec son lot de mesures liberticides comme l’instauration du passe sanitaire et l’obligation vaccinale pour certaines catégories de salariés. Ainsi, des salariés voient leur contrat de travail suspendu, sans salaire, sans même pouvoir appliquer les règles élémentaires de défense.
  • prise en main de l’assurance chômage par le gouvernement afin d’imposer la baisse des droits des salariés privés d’emploi

Un congrès a pour mission de renouveler les instances et les membres (décisionnaires et coordinateurs).

Ainsi, et pour exemple, les délégués syndicaux centraux de FO Pôle emploi seront désignés prochainement par ces nouvelles instances.