Il est l’or Monseignor !

Epinglé par la cour des comptes, Pôle emploi très généreux pour ses cadres dirigeants !

Au moment où la direction générale ferme la porte à toute revalorisation de nos salaires, le dernier rapport de la Cour des comptes de juillet 2020 pointe la rémunération et les avantages dont bénéficient les cadres dirigeants.

Que nous apprend la Cour des comptes ? Côté salaire, ça va, merci pour eux ! « La rémunération annuelle brute moyenne des cadres dirigeants (salaire de base et prime de résultat) s’établissait à 118150€, soit 9846€ brut par mois ». Certains salaires atteignent même 236000€ brut + avantages.

De plus, la rupture conventionnelle constitue « la modalité la plus répandue de départ des cadres dirigeants de Pôle emploi ». Cette pratique de fin de carrière est devenue la règle. L’indemnité maximale susceptible d’être versée aux cadres dirigeants de Pôle emploi est en principe plafonnée à 18 mois de salaire. Mais entre 2012 et 2018, des salariés ont reçu jusqu’à 531000 euros brut !!!!

Quand NAO rime avec zéro

Ne rêvons pas ! Pas d’augmentation générale des salaires ni d’avantages particuliers, seule, une hypothétique prime Covid est évoquée pour 10 à 15 % des agents.

Plus que jamais pour F.O., il est urgent d’augmenter les salaires pour maintenir le pouvoir d’achat de tous les salariés, sans exception.

Garantir aussi un déroulement de carrière automatique , c’est garantir l’équité des rémunérations.